L’assurance en Guinée et en Afrique

Le secteur d’assurance pèse 30 millions de dollars de primes en Guinée, contre 400 millions en côte d’ivoire et 25,7 Milliards de dollars en Afrique du sud.

Ces chiffres du secteur de l’assurance en Afrique en général et de la Guinée en particulier sont de Jeune-Afrique et de FANAF (Fédération des Sociétés d’Assurances de Droit National Africaines), prouvent une très faible part de l’Afrique dans le monde, cautionnée généralement par la pauvreté de la population et une faible culture du recours à l’assurance.

Le taux de pénétration de l’assurance en Afrique est moins de 2 % alors que la moyenne internationale est de 3,3 %.

S’assurer en Afrique vient en second rang après la nourriture, le logement, le transport, l’école etc.  Même l’assurance obligatoire comme celle du véhicule devient des charges de plus.

Les Africains ont une image négative des assureurs, due au retard des règlements en cas de sinistre. L’Africain considère enfin Dieu comme son premier assureur et protecteur social, la philosophie du culte religieux et certaines idées et pratiques culturelles (consultation des marabouts) sont des freins psychologiques de la pénétration de l’assurance en Afrique.

L’Afrique du sud est le leader Africain, suivie du Maroc.

25,7 milliards selon le journal jeune-Afrique est le montant du chiffre d’affaires combiné des sociétés d’assurance sud-africaine, leader en Afrique.  

Le marché est dominé par ses sociétés qui représente pour plus de 62 % du total des 100 premiers établissements africains.

Sanlam assurance reste premier au classement du top 100 de l’Afrique, qui cependant a vu son chiffre d’affaires chuter de près de 42 % 2018.

Loin derrière l’Afrique du sud, arrive le Maroc avec 6 groupes parmi le top 18, avec 4,2 milliards de dollars de primes, le premier assureur marocain est saham Finances qui pèse 4 fois moins que Sanlam de l’Afrique du sud.

Les statistiques du marché́ africain se résument par les pays suivants :

L’Afrique du Sud représente plus de 80% , le Maroc 5% et le Kenya 2% du chiffres d’affaires africain.

Le marché d’Afrique de l’ouest :

Ce marché est dominé par le Nigeria et la Côte d’Ivoire, deux sociétés sont leaders :

La société African reansurance corporations du Nigeria 11 -ème en Afrique avec 797 millions d’euros de primes et l’Ivorienne NSIA participations avec 363 millions, 21 -ème africain, selon le classement jeune-Afrique.

La Guinée reste parmi les plus faibles de la sous-région ouest africaine.

Selon les statistiques, il y’a encore trop à faire en Guinée : le marché guinéen représentant 40 millions de primes en 2016, c’est l’équivalent du chiffre d’affaires d’un courtier Key-account d’une PME en Allemagne.

Les Primes émises vie et non vie par habitant pour la Guinée selon « FANAF »  est de 1327 francs CFA (2 Euros) contre 14.000 francs CFA (21 Euros) pour la Côte d’Ivoire.

Ce chiffre est le résultat comme partout en Afrique, d’un faible niveau de vie de sa population et d’une faible culture du recours à l’assurance.

En guinée, le marché de l’assurance est dominé par les sociétés suivantes qui réalisent à elles seules 80% du chiffre d’affaires : UGAR – Activa, Activa-VIE, NSIA, SUNU, LANANA ASSURANCES.

Comment renverser la tendance et développer ce secteur en Afrique ?

L’Afrique pèse pour 17% de la population mondiale, mais pour 1,5% du marché global de l’assurance.

« FANAF » le promoteur de l’Assurance et de la Réassurance en Afrique a un grand rôle à jouer.

FANAF (Fédération des Sociétés d’Assurances de Droit National Africaines), créée en 1976 à Yamoussoukro, compte 200 membres opérant dans 29 pays. Le siège social est à Dakar au Sénégal, elle réunit de nos jours 214 Sociétés Membres dont : 

Des Sociétés Vie, Sociétés Non Vie, des Sociétés de Réassurances, des Fonds de Garantie Automobile et des Société Crédit.

Ses objectifs sont : la promotion de l’Assurance et de la Réassurance en Afrique, la défense des intérêts de la profession, la mise en place de structures de réflexions et de coopération en matière d’Assurances et de Réassurances etc.

Selon les spécialistes, il sera question pour les Africains de réinventer et d’innover sur le marché, la cote d’ivoire a commencé à comprendre, les entreprises d’assurance sont actuellement les premières à investir dans l’économie ivoirienne.  

Par exemple avec la signature d’une convention de NSIA, aidant le personnel de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire à préparer leur retraite. 

Cette signature est une grande avancée pour le monde de l’assurance ivoirienne qui pèse plus de 400 millions euros.

Les assureurs doivent aussi adapter leurs offres en fonction des besoins et aux capacités contributives des clients potentiels et surtout leur éduquer à travers des activités de marketing à recourir à l’assurance.

L’amélioration du taux de pénétration de l’assurance en Afrique pourrait se traduire par une contribution plus significative dans le développement économique et social du continent.

Plus d’information sur l’assurance en Afrique, consultez les liens suivants : https://fanaf.org/

https://fanaf.org/article_ressources/file/annuaires/Brochure_sur_les_marches_2014-2018.pdf

https://www.jeuneafrique.com/mag/847610/economie/classement-2019-des-100-premiers-assureurs-africains-sur-un-marche-en-berne/

Suivez Stubygroup
Follow by Email
Twitter
Visit Us
Follow Me
YOUTUBE
LinkedIn
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *