Vos droits devant la police ou la gendarmerie

Dans la vie, vous pouvez être victime d’une arrestation arbitraire, d’une convocation de la police, gendarmerie etc.

Il faut retenir que les policiers et gendarmes sont des humains, des citoyens. Il ne faut pas les transformer en monstres ou bourreaux.

Vous êtes toujours mieux traité si la police réalise que vous maîtrisez vos droits.

Attention : Réagissez avec courtoisie, d’humilité et surtout sans violence.

Les ennuis commencent par une CONVOCATION ou une GARDE À VUE.

Nos conseils et règles à suivre en cas de convocation ou une Garde à vue. 

  1. Dès le début, demandez à l’agent ou à l’officier de la police ou la gendarmerie de vous notifier les charges retenues contre vous.  

Avantage :  Si vous ne faites pas, c’est pendant l’interrogation que les charges sont construites. Une fois vous vous rendez compte que vous n’avez pas le droit de vous déplacer, sortir, privation de liberté etc. posez la question de savoir, s’il vous place en garde à vue.

Avantage : selon la loi, la garde à vue a un délai. Il est de 24 heures (dans les locaux de la police ou de la gendarmerie), ou de 48 h dans les autres cas. NB : les délais ne peuvent être prolongés que sur décision du procureur de la République.

Or, le délai court à partir du moment où l’officier va indiquer cela. Donc demandez cela en regardant votre montre.

Si vous n’insistez pas, on vous interdira de vous déplacer déjà pendant plusieurs heures ou jours et finir par vous notifier sur le tard la garde à vue.

Si l’officier vous indique par l’affirmatif. Indiquez-lui de noter l’heure à laquelle vous êtes retenu dans le procès-verbal.

En cas de refus, au moment de la signature du procès-verbal, refusez de signer le procès-verbal. C’est votre droit.

  • A l’interrogation, vous avez les droits suivants :
  • L’officier a l’obligation de vous lire vos droits
  • Constituer un avocat de son choix
  • Vous faire examiner par un médecin, si votre état de santé l’exige. Exemple blessures
  • Informer un membre de votre famille et le recevoir (Il n’y a plus de garde à vue en catimini).
  • Vérifiez toujours si ce que vous dites qui est aussi transcrit dans le PV.
  • Refusez de signer le PV quand vos droits cités ne sont pas respectés.

Pour plus de conseils et défense contactez un avocat en Guinée :

Maître BOUBACAR SOW
Ancien bâtonnier de l’ordre des avocats
Email: boubavsow@gmail.com
Tél : 624 35 71 32 / 664 33 42 95

Suivez Stubygroup
Follow by Email
Twitter
Visit Us
Follow Me
YOUTUBE
LinkedIn
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *